Des sécrétions sortent de mon piercing, est-ce de la lymphe ou du pus?

La lymphe est un liquide constitué de globules blancs morts, de bactéries mortes et de résidus cellulaires, ce sont en quelque sorte les « poubelles » de votre corps. Tant que ces secrétions restent blanc/jaune/transparent sous forme d’un liquide poisseux, c’est que votre corps fait son travail correctement, il n’y a aucune inquiétude à avoir.

En revanche, si ce liquide devient pâteux d’un jaune brun parfois coloré vert ou sang et que toute la zone est douloureuse, c’est que votre corps se fait submerger et ne parvient pas à lutter efficacement. A ce moment, un traitement adapté est nécessaire. Vous devez d’urgence vous rendre chez votre pierceur qui saura vous conseiller.

Comment lutter contre le risque infectieux?

Il y a pour cela deux manières d’agir:

-Le nettoyage est une mesure d’hygiène obligatoire et nécessaire pour l’entretien de votre piercing. Il faut pour cela commencer par se laver soigneusement les mains. Avec de l’eau tiède, il faut ensuite faire mousser un savon à pH neutre dans vos mains et appliquer la mousse sur votre piercing en prenant soin de le frotter légèrement pour avoir une action nettoyante efficace qui éliminera graisses, peaux mortes et autres impuretés pouvant interférer avec la cicatrisation de votre piercing. Vous pouvez faire coulisser délicatement d’avant en arrière une fois ou deux votre bijou pour faciliter ceci mais vous ne devez jamais l’enlever. Il est ensuite important de bien rincer votre piercing puis de le sécher en tamponnant avec quelque chose de propre et à usage unique (une compresse dans l’idéal). Ce nettoyage est à effectuer au minimum une fois par jour.

-L’antisepsie est une étape facultative mais conseillée pour aider votre corps à lutter contre les agents pathogènes. Elle se réalise sur une peau saine, à l’aide d’un antiseptique adapté qui, après son temps d’action (en général 2 minutes) doit lui aussi être rincé et séché. Elle ne doit être effectuée que sur une période de temps restreinte car l’antiseptique attaque toute votre flore résidente, y compris les micro-organismes bénéfiques à votre système immunitaire. De plus, les antiseptiques médicamenteux irritent la peau et pourraient l’attaquer jusqu’à la faire peler. Il est donc conseillé de ne pas dépasser 10 jours d’utilisation d’antiseptique, une fois par jour étant amplement suf sant.

Comment choisir un antiseptique?

-Certains produits sont trop agressifs pour une utilisation répétée sur un piercing frais et en bonne santé : bétadine, hexomedine, eau oxygènée, dakin, antibiotiques, éosine, septeal, easy piercing orange...

-D’autres sont tout à fait acceptables soit sous forme de spray ou unidoses : dosiseptine, diaseptyl, cetavlex, mercurochrome incolore, aseptapaisyl... Ou alors sous la forme de savons : cyteal, septivon, easy piercing vert...

-Le cas spécial de la biseptine : C’est un produit composé de trois antiseptiques ayant une action synergique qui, malgré son efficacité, peut s’avérer très agressif pour la peau. C’est donc un produit qu’il convient d’utiliser dilué. Malheureusement, le chlorure de benzalkonium, perd sa stabilité en contact avec l’eau courante. La dilution doit donc se faire au sérum physiologique et le rinçage aussi. Si vous êtes prêts à faire cela, c’est un produit adapté. Sinon, orientez vous vers un produit plus simple d’utilisation.

-D’autres types d’antiseptiques issus de matières organiques sont tout aussi efficaces mais irritent nettement moins la peau voir aident à sa régénération : huile d’émeu, huile essentielle de lavande diluée...

MAIS LA CICATRISATION D’UN PIERCING NE PASSE PAS QUE PAR DES SOINS :

De nombreux facteurs influent tout au long de votre cicatrisation.

-Ils peuvent être bénéfiques :
Une alimentation équilibrée, un sommeil calme et complet, un cadre de vie hygiénique, des «booster» de système immunitaire tels que le zinc ou les vitamines.

-Tout comme ils peuvent être négatifs :
Des baignades en eaux stagnantes (bains, piscines...) pendant le premier mois, des comportements peu hygiéniques tels que toucher son piercing en dehors des soins ou le faire toucher aux téléphones, animaux, vêtements ou draps sales. De la crème ou du maquillage peuvent étouffer votre piercing et empêcher un écoulement correct des lymphes. Des coups de soleil, des coups ou accrochages à répétition. L’utilisation de drogues ou de fluidifiants sanguins. Le contact avec des produits irritants tels que des antiseptiques forts, du shampooing ou de la laque capillaire.

La migration :

Le fait de dormir ou de faire des pressions prolongées (casques...) sur votre piercing peut le faire migrer, c’est à dire cicatriser de travers dans un sens ou dans l’autre, cela peut faire que votre piercing ne s’ajuste pas comme prévu, voir que certains bijoux ne puissent y être installés, sans parler du fait que cela rallonge considérablement le temps de cicatrisation du piercing et peut entraîner des cicatrices hypertrophiques et autres problèmes bénins. Cela est fréquent sur les cartilages, nombrils et tétons.

Le rejet :

Il se produit lorsque votre corps ne supporte pas un piercing que ce soit parce que votre système immunitaire est très faible ou parce que vous vous l’êtes accroché à de multiples reprises. Cela se caractérise par une réduction de la prise de peau initiale et un amincissement de la peau piercée (on voit la barre par transparence et la peau prend une teinte violette). C’est totalementindolore et n’est pas réversible une fois le processus entamé. C’est un phénomène fréquent sur les microdermiques, surfaces et pockettings.

N’oubliez pas votre visite de contrôle 15 jours après l’acte chez votre pierceur.